Modernes, contemporaines, postmodernes: les destructions créatrices