Génération Romantique

La musique qui nous est parvenue du Moyen-Âge au 18ème siècle fut majoritairement composée  soit pour l’église soit pour la cour. Dans les siècles suivants, des genres plus propices à être joués dans un cadre privé tel que les madrigaux et le quatuor à cordes ou pour des représentations publiques tels que les l’Opéra Viennois, les oratorios de Haendel, et les symphonies tardives de Haydn gagnèrent progressivement en importance. Au XIXème siècle, les musiques destinées au cercle privé et aux concerts publiques constituent le cœur du répertoire. Le marché des partitions de musique destinées à être jouées chez soi, ainsi que la popularité grandissante des concerts ont stimulé un nouveau style visant à élargir les goût musicaux. À la même époque, écrivains et musiciens promeuvent de nouveaux idéaux artistiques: une musique centrée sur l’individualité, l’originalité, la fantaisie, l’expression des émotions pures et la transcendance des limites conventionnelles pour à rechercher des vérités plus profondes. Ces idéaux nouveaux et le style qui en découle furent qualifiés de Romantique, un terme autant évocateur que vague. Si ce terme est aujourd’hui employé pour désigner la musique composée au XIXème siècle, nous ne devons pas pour autant ignorer l’extrême diversité de styles et d’idées manifestes dans la musique de cette époque.