Schubert, Franz

Un langage musical novateur centré sur la mélodie, l’émotion, l’originalité, et l’individualisme émerge au XIXème siècle, en parallèle au Romantisme littéraire et artistique.

Franz Schubert (1797-1828), fut le premier grand maître du Lied Romantique (Chanson ou Mélodie en Allemand) et un compositeur prolifique.

Fils d’un professeur d’école Viennois, Schubert a grandit dans une maison où la musique était valorisé. Enfant, il étudia le piano, le chant, le violon, l’orgue, le contrepoint, la basse continue et pris des cours de composition du directeur de la musique de la cour, Antonio Salieri. Le talent musical de Schubert lui permit d’entrer gratuitement dans un prestigieux pensionnat Viennois où il reçut une éducation d’élite.

Malgré une formation en vu de reprendre les activités de son père, son penchant naturel le portait vers la composition. Pendant quelques années, il enseigna dans l’établissement de son père, tout en composant avec une rapidité et une grande aisance. Dans l’année 1815 seulement, il a écrit plus de 140 chants.

Sa musique fut publiée pour la première fois en 1818. À partir de ce moment il put centrer ses activités sur la composition.

En 1821, la musique de Schubert était largement jouée à Vienne et il touchait une rémunération substantielle de ses éditeurs. N’ayant jamais eu de position salariée, la publication de ses chansons et de ses œuvres pour piano constituait sa principale source de revenus. Aussi est-il resté un compositeur indépendant des systèmes de commande et de mécénat sur lesquels les compositeurs précédents, ou même Beethoven, devaient compter.

Dans les années 1820, il commença à se concentrer uniquement sur des pièces de plus grande ampleur, incluant de la musique de chambre, des symphonies et des opéras, dont la plupart n’ont pas été joués avant sa mort.

Les dernières années de Schubert furent troublées par la maladie. Il mourut à 31 ans, probablement de la syphilis, qu’il avait contracté avant 1823, ou des effet de son traitement au mercure.

Sur sa pierre tombale, il est écrit « La musique enterre ici un grand trésor et des espoirs plus grands encore ». Etant donné la brièveté de sa carrière, sa production d’au moins mille œuvres est exceptionnelle.

L’œuvre de Franz Schubert:

Plus de 600 chansons dont les cycles de mélodies « Die schöne Müllerin » et « Winterreise » (La belle Meunière et le Voyage d’hiver)

9 Symphonies notamment la n°8 en si mineur (L’inachevée) et n°9 en Do Majeur (Grande ou Monumentale)

Environ 35 œuvres de musique de chambre dont le quintet avec piano en La Majeur (La truite) et le quatuor à cordes en Ré mineur (La jeune fille et la mort) et le quatuor à cordes en Do Majeur

22 Sonates pour piano

Plusieurs pièces courtes pour piano

17 Opéras et Singspiels

6 Messes

200 autres pièces pour chœur

http://www.deezer.com/plugins/player?format=classic&autoplay=true&playlist=true&width=700&height=290&color=1990DB&layout=dark&size=medium&type=playlist&id=1315823735&title=&app_id=1